De la poule à l’oeuf

« Avec cette situation de Covid, nous n’avions/ n’avons plus/pas le droit de sortir de l ‘école.
Alors , au lieu de nous déplacer, nous avons trouvé une ferme qui veuille bien venir à nous. D’un point du vue pédagogique, chaque niveau a matière à travailler en sciences, et les sujets sont très variés.
Et puis, quoi de plus sympa que d’attendre 21 jours pour voir éclore ces petites boules de poils!! Puis de les voir grandir… pour expliquer le cycle de l’œuf à la poule, ou de la poule à l’œuf!!  »

Nathalie Tranchand enseignante de grande section

Photos V. Berge

Une journée avec … Tessa Dufrenot, Accompagnante des Elèves en Situation de Handicap

Un des objectifs du Lieu Accueil Parents est de renforcer le lien entre les familles et l’école. C’est dans cet esprit que je vous propose de découvrir quelles sont les personnes qui travaillent dans l’école, quel est leur quotidien, quelles sont leurs missions, comment se passent leur journée avec les élèves. Chaque semaine il y aura un nouvel article, qui sera également affiché à l’entrée de l’école dans l’emplacement réservé à l’affichage du LAP.

Cette semaine nous allons partager une journée avec Tessa Dufrenot

Bonjour Tessa, peux-tu nous parler de ton travail à l’école ?

Je suis arrivée à Combe Blanche en janvier 2020, depuis je viens tous les jours à l’école sauf le mercredi de 8h15 à 16h45. Le plus souvent j’arrive un peu avant à 8h parce que j’aime bien me poser tranquillement et échanger avec les enseignants avant de commencer la journée. En ce moment compte tenu des contraintes sanitaires je suis présente à l’ouverture des portes pour distribuer du gel hydroalcoolique aux enfants.

Puis, je rejoins, dans leur classe, les élèves que je dois accompagner. Les horaires sont choisis en fonction du programme des enseignants pour que le moment où j’accompagne soit le plus pertinent possible par rapport aux difficultés qu’a l’enfant. Les enseignants s’organisent entre eux pour programmer leurs séances d’apprentissage en fonction des moments où je serai auprès des élèves que j’accompagne.

En quoi consiste ta mission d’AESH ?

Je fais 26h d’accompagnement sur l’école également répartis entre quatre enfants : une en CM1, 2 en CE2 et un petit en CP que j’accompagne chaque jour au moins une ou deux fois dans la journée.

Les élèves dont je m’occupe sont ceux dont les parents ont déposé un dossier de demande auprès de la MDPH**. Il faut que le handicap soit reconnu par la MDPH. La plupart des élèves que j’accompagne ont des troubles de l’attention, de la dyslexie, dyspraxie, de l’anxiété … on est plutôt sur des troubles neuropsychologiques. Ça tombe plutôt bien parce qu’il se trouve que j’ai une formation en psychologie et plus particulièrement en neuropsychologie donc je les comprends mieux. Je dois aussi assister aux ESS*** concernant les élèves que j’accompagne, avec l’enseignant, ou l’enseignante référente, la directrice, la famille et parfois l’infirmière et la psychologue scolaires et différents accompagnants propres à l’élève (orthophoniste, psychologue, psychomotricien, etc.).

Depuis peu, on m’a affectée sur un deuxième établissement scolaire, tous les matins. J’avoue que ça réduit considérablement le temps d’accompagnement des mes élèves ici, et pas seulement. Je dois accompagner un élève au profil très différent, qui présente un TSA****. C’est nouveau pour moi, et assez déstabilisant compte-tenu de ma condition physique. Mais je fais de mon mieux et ça élargie le champs de mes expériences, l’autisme n’est plus un trouble travaillé en cours de neuropsychologie, c’est plus concret et tous sont différents donc il faut essayer d’aider au maximum, comme on peut. Mais j’avoue me sentir mal de voir l’accompagnement de mes élèves à Combe Blanche autant réduit. C’est dommage !

Quelles sont les difficultés les plus fréquentes rencontrées par les élèves que tu accompagnes?

J’aide beaucoup sur tout ce qui est français : lecture, écriture, compréhension, production d’écrit, sur les maths aussi. Comme la plupart de ces enseignements ont surtout lieu le matin et que je ne peux pas être partout à la fois, ça m’arrive d’échanger avec les enseignants et essayer d’aménager quelque chose, des astuces pour aider l’élève à se mettre au travail. On communique beaucoup et c’est plutôt bien. Il peut y avoir des difficultés dans la sociabilisation, et je les aide comme je peux pour ça aussi.

Comment fais-tu concrètement pour les aider ?

Je suis assise à côté de l’élève, et le plus souvent, je dois reformuler la consigne donnée par l’enseignant pour favoriser la compréhension. Si l’élève a un problème d’attention, je veille à ce qu’il ne se disperse pas. Quel que soit l’exercice ou l’activité demandée, je dois tout faire pour qu’il puisse donner le meilleur, être le plus efficace possible en fonction de ce que l’enseignant fait travailler à ce moment-là. Je mets en place des outils de travail, de rappels de méthodes à utiliser. Pour certains je crée des routines ou des techniques de mémorisation, de travail ou de relaxation. De manière plus informelle, je les croise aussi en dehors de la classe, lorsqu’ils sont en récréation ou dans les couloirs et ça me permet de mieux les cerner, de voir comment ils évoluent avec les autres enfants, de discuter avec eux sur des sujets qui les intéressent (films, livres, sports, etc.), d’établir un climat de confiance et c’est intéressant, ça m’aide beaucoup à mieux les comprendre et à adapter mon accompagnement.

Comment es tu perçue par les enfants, et leurs familles ?

Pour les enfants ça dépend, la plupart sont contents parce qu’ils se rendent compte que je suis là pour les aider. Pour d’autres c’est plus compliqué d’accepter qu’ils aient besoin de mon aide mais en général ça se passe bien parce qu’on discute beaucoup, parce que je les écoute et que j’essaye de comprendre leur fonctionnement pour mieux pouvoir les aider. En ce qui concerne les familles je ne les rencontre jamais seule, mais je peux être présente si les parents le demandent lorsqu’ils rencontrent l’enseignant.

Il y a aussi ce rapport particulier que j’ai avec les autres élèves, ceux que je n’accompagne pas mais qui me repèrent quand même comme étant un adulte pas un enseignant, mais un adulte qu’ils viennent solliciter parfois lorsqu’ils ne sont pas d’accord entre eux ou lorsqu’ils ont une question. Ils me perçoivent peut être comme plus proche d’eux que peut l’être l’enseignant, sans doute parce que je suis plus jeune  et  plus disponible.

Quelle est ta formation initiale?

Avant le bac j’ai eu un grave accident, malgré ça j’ai pu l’avoir et faire une première année de médecine mais les séquelles m’ont amenée à me réorienter vers la psychologie donc j’ai quitté mon île et ma famille pour la Métropole. J’ai une licence de psychologie avec une spécialisation en neuropsychologie, je suis devenue AESH pour financer la poursuite de mes études dans ce domaine et j’avoue que j’aime bien cette mission. C’est en lien avec ce que j’ai étudié, j’aime bien travailler auprès des enfants et je me sens utile. Mais ça reste un emploi précaire donc à long terme je ne vais pas pouvoir continuer … A terme j’aimerais devenir psychologue.

Avant de terminer peux-tu tirer au sort une question surprise … Lorsque tu étais petite, est ce qu’il y a un livre qui t’a marquée ?

Chez moi, en Martinique, Aimé Césaire est considéré comme quelqu’un d’extrêmement important. Il a écrit un livre qui s’appelle « Cahier d’un retour au pays natal ». Je l’ai lu à dix ans, alors je n’avais pas tout compris bien sûr parce que ce n’est pas un livre pour enfant, mais j’avais senti des choses qui rentraient en résonance et puis il y avait ce choix des mots, ce français tellement travaillé, tellement soutenu que ça m’a marquée, même pour les adultes c’est un livre difficile et j’ai continué à lire plein de livres après …

Lexique et abréviations

*AESH Accompagnante des élèves en situation de handicap

**MDPH Maison départementale des personnes handicapées

***ESS Equipe de Suivi de Scolarisation

****TSA Trouble du Spectre de l’Autisme

Une journée avec … Alice Magnin, enseignante en petite section

Un des objectifs du Lieu Accueil Parents est de renforcer le lien entre les familles et l’école. C’est dans cet esprit que je vous propose de découvrir quelles sont les personnes qui travaillent dans l’école, quel est leur quotidien, quelles sont leurs missions, comment se passent leur journée avec les élèves. Chaque semaine il y aura un nouvel article, qui sera également affiché à l’entrée de l’école dans l’emplacement réservé à l’affichage du LAP.

Cette semaine nous allons partager une journée avec Alice Magnin

Bonjour Alice, peux tu nous parler de ton travail dans l’école ?

Je suis le complément de direction de Marie Line Beades, donc je suis dans l’école tous les mardis et un vendredi sur trois. Le reste du temps je suis sur deux autres écoles à Parilly et Villeurbanne

En quoi consiste une journée type pour toi ?

J’aime bien travailler tôt le matin, donc j’arrive à 7h30 dans l ‘école et je commence à préparer les ateliers de la journée, la classe, le matériel, faire des photocopies. En petite section on a fait le choix d’avoir très peu de tables et de travailler plutôt au sol sur des tapis où les petits auront plus de place pour manipuler le matériel et jouer au sol. Donc on prépare l’accueil de 08h20 pour les premiers arrivés de la garderie, puis en échelonné jusqu’à 9h. C’est un moment de jeux libres où je commence à mettre en place des petits jeux qu’on va pouvoir réutiliser après, ou un atelier sur une notion qu’on va aborder un peu plus tard mais dont ils peuvent commencer à manipuler le matériel avant de travailler avec. Il y a aussi des activités qui sont proposées tous les matins comme le dessin, les livres, les petites voitures. Pour l’instant on est encore en début d’année et ce sont des petits, donc on veille surtout à ce que la séparation avec les parents se passent bien, à ce qu’ils se sentent en sécurité, pour cela on les accueille un par un en veillant à échanger quelques mots avec eux, on leur demande ce qu’ils veulent faire. On fait tout pour qu’ils se sentent accueillis dans de bonnes conditions et heureux d’être à l’école.

Tu discutes avec les parents lorsqu’ils arrivent ?

Non, c’est plutôt Martine, l’ATSEM* de la classe, qui est à la porte et qui fait le lien à ce moment là avec les parents ou les nounous. Comme elle est là tous les matins, c’est elle qui s’occupe du suivi administratif, la cantine, les papiers à remplir etc … Et pendant ce temps ça me permet d’être complètement disponible et attentive à chaque enfant. Ensuite on éteint les lumières et les enfants savent que c’est le moment de ranger les jeux, on se regroupe en cercle sur les tapis et on commence les ateliers. Souvent ça commence par la lecture d’un album, suivi d’une petite discussion, puis je donne les consignes, j’explique ce qu’on va faire dans le ou les ateliers et les enfants choisissent librement le groupe dans lequel ils veulent aller en premier, mais on observe, et on invite ensuite ceux qui ne sont pas passés . Au final, tous les enfants auront fait l’atelier.

Tu peux nous donner un exemple d’atelier ?

Ce matin on a travaillé sur les émotions, on a commencé par la lecture de l’album « La couleur des émotions » puis on a travaillé par groupe en deux ateliers, j’ai pris un premier groupe avec lequel on a travaillé le langage -c’est plus facile quand on est peu nombreux- on a fait des recherches d’images, de photos je leur ai demandé de chercher dans un lot d’images celles qui pouvaient exprimer une émotion, ce matin par exemple c’était la joie : quelles images pouvaient exprimer la joie ? On les a ensuite collées pour composer des affiches. Pendant ce temps les enfants de l’autre groupe qui étaient avec Martine, peignaient le petit personnage représentant la joie. Au bout d’une heure on va en salle de musique et de danse pour un temps de danses, de chants, de petits jeux corporels et d’écoute musicale, c’est un temps d’apprentissage mais plus souple qui leur permet de se défouler un peu, puis on retourne dans la classe pour un petit atelier ou une histoire, un temps de discussion, ensuite vient la récréation en fin de matinée entre 11h et 11h30. Ensuite vient un petit temps de regroupement et de langage où on revient sur ce qu’on a fait dans la matinée, qu’est ce qu’on a appris ? Il ne faut pas oublier que comme ils sont petits on passe également beaucoup de temps en habillage, déshabillage, passage aux toilettes, lavage des mains …

Et l’après midi, comment ça se passe ?

A midi ils vont à la cantine manger au premier service, puis après un petit temps de jeux, ils vont à la couchette où on les laisse dormir le temps qui leur est nécessaire, puis ils reviennent dans la classe au fur et à mesure de leur réveil. Là on fait des petites activités calmes. Souvent il y a un atelier qui reprend le thème de ce qu’on a fait le matin, ainsi que des ateliers autonomes où les élèves peuvent circuler librement ça dépend de quelles compétences j’ai envie de leur faire travailler. Il y a ensuite la récréation puis c’est l’heure où les parents viennent les chercher entre 16h35 et 16h45. L’après midi passe très vite ! Lorsque les enfants sont partis, je reste encore un moment pour ranger ma classe et accrocher le travail des enfants, pour échanger avec Marie Line -qui enseigne dans la classe les autres jours de la semaine- aussi. Le mardi soir il y a aussi le gymnase à désinstaller pour que l’équipe de nettoyage puisse passer le mercredi.

Quel a été ton parcours avant d’arriver ici ?

J’ai fait une année de médecine et trois ans d’école de sage femme avec beaucoup de stages et d’accouchements c’était très intéressant. Mais depuis que je suis petite j’ai toujours eu envie de travailler avec les enfants c’est comme ça que j’ai rejoins l’éducation nationale. Ces deux domaines m’attirent beaucoup.

Question surprise, que je te laisse tirer au sort … Est ce que tu te souviens d’un livre, une histoire, une chanson, qui t’as marqué quand tu étais petite ?

Je me souviens d’un album, « Petit bleu et petit jaune » c’était un livre que ma mère m’a beaucoup lu et dont je me suis servi la première fois que j’ai eu une classe!

Lexique et abréviations

*ATSEM Agent Territorial Spécialisé des Écoles Maternelles

Une journée avec … Hélène Prévost directrice de l’école élémentaire

Un des objectifs du Lieu Accueil Parents est de renforcer le lien entre les familles et l’école. C’est dans cet esprit que je vous propose de découvrir quelles sont les personnes qui travaillent dans l’école, quel est leur quotidien, quelles sont leurs missions, comment se passent leur journée avec les élèves. Chaque semaine il y aura un nouvel article, qui sera également affiché à l’entrée de l’école dans l’emplacement réservé à l’affichage du LAP.

Cette semaine nous allons partager une journée avec Hélène Prévost

Comment se passe la journée d’une directrice d’école élémentaire ?

La journée commence à 7h30. Je consulte les mails et messages vocaux, organise les services si des collègues sont absents, puis prépare les feuilles de pointage de la garderie du matin et vérifie que tout soit en ordre pour accueillir les élèves. A 7h50 c’est l’ouverture des portes, je m’assure que les élèves se lavent les mains au gel avant de rejoindre leur classe, j’échange quelque mots avec les parents, renseigne les familles qui viennent d’arriver dans l’école et ce jusqu’à 8h10. Ensuite, je rejoins les enseignants en salle des maîtres pour échanger les consignes du jour. Puis c’est l’ouverture à 8h20. Beaucoup d’adultes sont mobilisés : un enseignant m’accompagne pour l’entrée et les six AESH* assurent le lavage des mains des élèves au gel hydro alcoolique sur les différents accès aux classes. Grâce à cette organisation rigoureuse, on arrive à faire entrer tous les élèves en quelques minutes et éviter les attroupements devant l’école.

Après 8h30, on accueille les retardataires, malheureusement il y en a toujours… C’est préjudiciable pour l’élève parce qu’il aura loupé des informations, et pour l’organisation de l’école parce que c’est source d’erreurs dans les pointages de présence à la cantine par exemple. Ils courent également le risque de se retrouver à attendre devant la porte, parce que l’interphone ne fonctionne pas toujours. C’est pour sa sécurité que l’élève doit toujours être accompagné par l’un de ses parents en cas de retard. Ensuite, je passe en cantine déposer les paniers repas des enfants qui ont un PAI**, on échange quelques informations puis je reviens au bureau pour assurer un certain nombre de tâches administratives.

A 10h, Damien le directeur de l’ALAE*** arrive et on échange les informations concernant le périscolaire. A midi, nous profitons de la pause avec les collègues pour un temps d’échange plus ou moins formel et une fois par semaine nous nous réunissons en conseil des maîtres. Puis à 14h05 c’est à nouveau le rituel d’entrée comme le matin et ensuite retour au bureau jusqu’à 16h45. Une fois les classes sorties, j’appelle chez les élèves qui attendent encore un adulte, en cas de retard. On fait ensuite parfois le point avec des enseignants sur la journée ou des événements en particulier. Parfois, la soirée se prolonge par un conseil d’école, un conseil Ecole-collège, ou une visioconférence avec les autres directeurs d’école.

Peux-tu nous en dire un peu plus sur les missions d’une directrice d’école, quelles sont tes responsabilités ?

Il y a trois domaines : le pédagogique, le fonctionnement de l’école et les relations partenariales avec les familles, la mairie, l’éducation nationale et les institutions ou les associations avec qui on travaille.

Le pilotage pédagogique c’est s’assurer que les programmes définis par le Ministère de l’Education Nationale soient bien appliqués dans l’école. En parallèle on écrit tous les cinq ans un projet d’école qui nous permet de définir des axes de travail. Ces axes seront déclinés en actions sur 3 parcours : le parcours citoyen, le parcours artistique et le parcours réussite scolaire. Un des gros chantiers de l’équipe pédagogique est justement de réécrire le projet pédagogique qui sera en vigueur pour les cinq prochaines années. Toutes les classes s’inscrivent dans les actions définies.

Cette année, on a deux actions en commun avec le périscolaire, le projet « jardin » et le projet « message clair ».

A part les mesures liées au Covid, quoi de neuf en cette rentrée ?

On se lance sur le site « laclasse.com » c’est une nouvelle plateforme numérique. Cela nous a demandé un gros travail de mise à jour des fiches de renseignements des élèves. Ce site est 100% RGPD**** et validé par l’inspection d’académie, par le Ministère et financé par le Grand Lyon. Avec cet outil je peux envoyer des informations à un groupe de personnes par mail ou SMS. Par exemple, lorsque j’apprends qu’un enseignant est absent je peux envoyer l’information immédiatement à tous les parents de sa classe. En ce moment on est en train de créer des comptes à chaque enseignant pour qu’ils puissent communiquer directement avec les familles, c’est particulièrement important dans une période comme celle que l’on vit en ce moment, où il faut parfois s’adapter au jour le jour aux nouvelles consignes. Il y a d’autres fonctions possibles avec ce site, comme le blog de classe, le partage de documents ou de ressources en ligne ou le cahier de texte, tout ça va se mettre en place progressivement. C’est un bond en avant pour la communication avec les familles.

Avant d’arriver à Combe Blanche, quel a été ton parcours ?

Je suis arrivée à Combe Blanche en septembre 2019, mais c’est la 6ème année que j’assure une direction d’école. L’école ayant 14 classes, je suis déchargée à plein temps, c’est à dire que je peux remplir mes missions à 100% sans avoir à partager mon temps avec l’enseignement en classe. Ça me permet de transmettre l’information en temps réel et donc de pouvoir régler les problèmes immédiatement sans qu’ils n’aient le temps de faire « boule de neige ». Ici on a la chance d’être dans une école où l’information et la communication circulent très bien.

Comment ça se passe avec le périscolaire et les autres intervenants de l’école ?

Là aussi on a beaucoup de chance car on a un directeur d’ALAE clairement identifié, Damien Ruthy. Il est là depuis sept ans à plein temps et connaît bien l’école. On a le temps de se transmettre les informations, de travailler sur des projets communs. Avec ses animateurs ils ont des réunions, des formations, ça fonctionne bien, on a un périscolaire de qualité !

Je vois aussi très souvent Eline Gustave l’infirmière de l’école qui vient régulièrement me voir dans mon bureau pour faire un point. Le médecin scolaire est moins souvent dans l’école mais toujours disponible au téléphone si besoin.

Question surprise … quelle était ta matière préférée quand tu étais petite ?

Les maths ! J’adorais les maths (rires)

Lexique et abréviations

*AESH Accompagnant d’élèves en situation de handicap

**PAI Projet d’Accueil Individualisé

***ALAE Accueil de Loisirs Associés à l’Ecole

****RGPD Règlement Général de Protection des données

Quoi faire …

Les voilà de retour : les vacances sont là ! C’est le moment de se reposer, de se retrouver en famille, de se ressourcer et d’occuper petits et grands.

Si vous êtes en panne d’inspiration, je laisse ici quelques liens qui pourraient vous intéresser …

On commence par des maths ! Oui oui vous avez bien lu, les maths c’est amusant, c’est en tout cas ce que la Maison des mathématiques nous prouve au travers de ces activités, jeux et bricolages très simple à faire chez vous

https://mmi-lyon.fr/activites/chez-vous/

Pour les amoureux des fameuses petites planchettes en bois, le centre Kapla est un leu formidable pour s’exprimer, s’amuser, construire, seul ou à plusieurs quel que soit l’âge.

http://www.centrekaplalyon.com/actualites-centre-kapla-lyon.php

Vous connaissez peut être le magazine Grain de sel ? C’est un magazine gratuit que l’on trouve dans la plupart des lieux publics. On y trouve des articles d’actualités, des idées de sorties ou de balades, des recettes à faire avec les petits et plein d’autres choses.

Le magazine ainsi que les numéros précédents est également disponible en allant sur leur site.

https://grainsdesel.com/grains-de-sel

Et puis les Médiathèques de Lyon proposent également des moments ludiques, drôle et sympa ça se passe sur place ou à distance, c’est souvent sur inscription et c’est toujours gratuit.

https://www.bm-lyon.fr/les-rendez-vous-des-bibliotheques-municipales-de-lyon/pour-les-enfants/

Bonnes vacances …

Une journée avec … Clara Schermesser Ambassadrice Du Livre

Un des objectifs du Lieu Accueil Parents est de renforcer le lien entre les familles et l’école. C’est dans cet esprit que je vous propose de découvrir quelles sont les personnes qui travaillent dans l’école, quel est leur quotidien, quelles sont leurs missions, comment se passent leur journée avec les élèves. Chaque semaine il y aura un nouvel article, qui sera également affiché à l’entrée de l’école dans l’emplacement réservé à l’affichage du LAP.

Cette semaine nous allons partager une journée avec Clara Schermesser

Clara, tu es Ambassadrice du livre pour la maternelle de l’école Combe Blanche, peux tu nous dire en quoi consiste ton travail ?

Effectivement je suis en mission de Service civique pour l’AFEV * dont l’une des missions est de réduire les inégalités par l’accès à la culture et plus particulièrement par la lecture. J’ai un contrat d’un an, le temps de l’année scolaire, qui m’amène à être dans cette école deux jours par semaine le lundi et le mardi. J’ai des petits groupes de huit élèves maximum que j’accueille une demi-heure pendant le temps scolaire en fonction d’un planning qu’on a établi avec les maîtresses.

J’interviens également sur le temps périscolaire durant la pause de midi, et au moment de l’endormissement entre 13h et 13h30 , où je leur lis une histoire pour les aider à s’endormir.

Comment se passent tes interventions auprès des élèves ?

Je vais les chercher en classe et je les emmène à la BCD**. On a des albums, des revues, des imagiers, des documentaires pour chaque âge, et on fait une activité autour du livre, à partir d’une thématique que j’aurais choisi, par exemple en ce moment on travaille sur l’automne, ou qu’ils travaillent en classe, et là ce sera plutôt autour des animaux de la forêt. Pour l’instant, on commence tout juste l’année donc on travaille plutôt sur les règles de vie à la BCD. Tu vois, ici j’ai un tableau avec les Monsieur, Madame , deux personnages issus de petits livres qu’ils connaissent bien, et je les invite à positionner les Monsieur, Madame en fonction de ce qu’ils peuvent faire ou pas à la BCD. Sinon je leur lis des livres et on en parle après, on les commente, je m’adapte à chaque fois à leur tranche d’âge mais aussi à l’ambiance qu’il y a dans le groupe à ce moment là.

Tu peux nous en dire un peu plus sur le genre d’activité que tu fais avec eux 

En ce moment avec une des classes, on travaille sur la différence entre l’ours dans la vraie vie et l’ours tel qu’il est représenté dans les albums, les enfants vont en faire des affiches qu’ils présenteront ensuite à leurs copains, ça c’est un projet qu’on fait avec plusieurs classes de moyenne et grande section. En général j’essaye d’être dynamique car leur temps d’attention est assez court, donc il va y avoir un temps de lecture  et après une activité manuelle en rapport avec ce qu’on vient de lire. De la même manière au niveau de l’occupation de l’espace, ils ne restent pas tout le temps assis sur les canapés. On bouge un peu dans la BCD ou même dehors quelquefois si le temps le permet, pour aller chercher des feuilles d’arbre dans la cour par exemple ou des fleurs lorsque ce sera le printemps.

Il y aura des projets ou des thèmes particuliers cette année ?

Oui comme je te le disais, je travaille avec les maîtresses en fonction des projets de l’école. Donc cette année il sera beaucoup question des animaux, ceux de la forêt, mais aussi les insectes, les rongeurs. Les enfants sont toujours plus investis quand on travaille un thème sur la durée et quand ils peuvent fabriquer quelque chose comme une affiche, qu’ils pourront ramener en classe.

Est ce que vous avez des temps de concertation avec les autres Ambassadeurs du Livre ?

Oui et c’est ce qu’il y a de bien avec l’AFEV, c’est qu’on n’est pas seul. On a eu un mois et demie de formation en début d’année qui nous a permis d’aborder plein de thèmes liés à l’enfance comme le processus de développement de l’enfant, son rythme, le harcèlement, le handicap, l’illettrisme … ou plus spécifique par rapport au livre, comme la lecture à voix haute, le conte, le rangement et l’entretien des livres … et puis aussi des ateliers où nous avons appris à construire des activités adaptées aux petits. On est aussi en contact avec les bibliothèques municipales, même si en ce moment beaucoup de choses sont arrêtées à cause des mesures sanitaires liées au Covid comme le prêt d’ouvrages ou de valises thématiques. A chaque vacances scolaires (sauf Noël) , nous aurons à nouveau une semaine de formation. Nous avons aussi toutes les semaines des temps de rencontres avec les autres Ambassadeurs du livre et un tuteur pour les  écoles du 8è. Ca nous permet de faire le point sur ce qu’on fait dans nos écoles, ce qui a marché ou pas, ça nous donne aussi des idées d’activités.

Avant de venir ici, peux tu nous dire d’où tu viens et quels sont tes projets ?

J’ai 18 ans, je viens de passer mon bac et ça fait longtemps que je veux devenir orthophoniste, mais j’avais envie de prendre un an pour mûrir mon projet et m’engager en tant que service civique pour pouvoir aider les autres. C’était le bon moment. Ce qui m’a plu avec l’AFEV c’est qu’on travaille en équipe et qu’il y a un vrai suivi.

Peux tu nous dire ce que tu aimerais avoir réalisé lorsque l’année sera terminée ?

J’aimerai beaucoup développer chez les enfants le plaisir de la lecture, et le goût des livres parce que c’est une ouverture sur le monde, c’est quelque chose de merveilleux qui permet de s’évader. C’est plutôt calme comme activité mais dans ta tête il se va se passer plein de choses.

Tu te rappelles quel était ton livre préféré lorsque tu avais leur âge ?

Oui, c’était « Je veux tous mes doudous »  (rires)

On sait que le goût des livres, ça se développe à l’école mais aussi à la maison, en famille, est ce que tu aimerais mettre en place un projet avec les parents ?

Je ne sais pas si ça va pouvoir se faire à cause des mesures sanitaires liées au Covid, mais j’aimerais mettre en place une boite à livres qui serait à disposition des parents pour prendre et donner des livres, comme il en avait été question au conseil d’école, ou développer le prêt des livres de la BCD aux familles.

Merci Clara. Pour finir peux tu tirer au sort une question surprise … Quel métier voulais tu faire plus tard lorsque tu étais petite ?

Et bien je m’étais fait un emploi du temps de la semaine où je changeais de métier tous les jours. Par exemple le lundi, je voulais être dresseuse de dauphins, les autres jours c’était secrétaire ou astronaute … J’avais déjà du mal à faire des choix (rires)

Lexique et abréviations

*AFEV Association  de la Fondation Etudiante pour la Ville

**BCD Bibliothèque Centre Documentaire

Une journée avec … Audrey Moyroux, enseignante en CP

Un des objectifs du Lieu Accueil Parents est de renforcer le lien entre les familles et l’école. C’est dans cet esprit que je vous propose de découvrir quelles sont les personnes qui travaillent dans l’école, quel est leur quotidien, quelles sont leurs missions, comment se passent leur journée avec les élèves. Chaque semaine il y aura un nouvel article, qui sera également affiché à l’entrée de l’école dans l’emplacement réservé à l’affichage du LAP.

Cette semaine nous allons partager une journée avec Audrey Moyroux

Bonjour Audrey, peux tu nous expliquer comment se passe ta journée à l’école ?

En général j’arrive un peu avant 8h, ça me permet de préparer ma journée et d’installer ce dont j’aurai besoin pour mener ma classe. J’affiche l’emploi du temps de la journée avec toutes les activités qu’on viendra retirer de l’affichage au fur et à mesure qu’elles auront été effectuées, comme ça les enfants se repèrent mieux dans la journée et voient ce qu’il leur reste à faire. Je pose sur les bureaux les feuilles d’exercices de lecture de calcul ou de production d’écrits qu’ils auront à faire lorsqu’ils arriveront entre 8h20 et 8h30, puisqu’avec les nouvelles normes sanitaires les enfants arrivent directement en classe le matin. Ça leur permet de travailler en autonomie pendant que je vérifie les carnets de liaison. On corrige et on commente l’activité puis je fais l’appel de la cantine, j’explique le déroulement de la journée et on commence la première activité d’apprentissage.

Est ce que toutes les journées se ressemblent dans leur découpage ?

Tous les matins, on commence par de la phonologie, c’est à dire le travail sur les sons, des différentes lettres. En général on travaille un son sur trois jours, le premier jour on apprend à l’écouter, à le repérer lorsqu’il apparaît dans un mot, le deuxième jour on apprend à associer ce son à une ou des lettres et le troisième jour on travaille sur des combinatoires : les élèves écrivent avec des syllabes les sons qui ont été travaillés. En parallèle on travaille aussi la lecture de mots qu’ils peuvent décoder avec les sons qu’ils ont appris jusqu’à maintenant. Dans un deuxième temps, on travaille de manière suivie un album sur plusieurs jours. En ce moment on lit Le père Noël des sables : le premier jour on travaille sur la compréhension du texte, le deuxième les élèves commencent à en lire des extraits et le troisième jours ils essayent de recomposer de nouvelles phrases avec les mots du texte. Pour la lecture et la phonologie c’est moi qui créent les séquences en m’appuyant sur le programme et en concertation avec mes collègues de CP.

En effet pour tout ce qui concerne le français les textes de lecture, la conception des exercices, on se voit avant chaque vacances pour planifier ce qu’on va faire après. Le plus compliqué c’est de trouver du temps pour se réunir, mais on travaille aussi beaucoup par échange de mails. Après la récréation les élèves travaillent les maths et le calcul.

Comment se passent ces temps de récréation ?

Les récréations commencent et finissent par un passage aux toilettes pour se laver les mains, puis les CP et CE1 descendent en même temps en récréation mais sur des espaces différents pour qu’il n’y ait pas de mélange de niveaux. Donc on alterne les jours où les CP sont en récréation dans la cour et les CE1 sur le stade et la récré d’après c’est l’inverse.

A midi c’est la pause déjeuner …

Je commence par faire les corrections des exercices du matin pendant que les enfants sont à la cantine, je fais aussi de l’affichage dans la classe ou des photocopies dont j’aurai besoin dans l’après midi, puis je descends manger en salle des maîtres. J’en profite pour échanger avec mes collègues. Il y a aussi des midis où j’ai APC, cad des Aides Pédagogiques Complémentaires de 13h25 à14h05. C’est du soutien principalement en lecture ou phonologie avec des petits groupes de trois élèves de ma classe. Chaque enseignant doit faire 36 heures d’APC dans l’année.

Sur ce temps de pause le midi on a aussi des réunions pédagogiques une fois par semaine en début d’année, un peu plus espacé ensuite, des réunions de cycle avec les enseignants de CE1 et CE2 pour se coordonner sur des projets. Lorsqu’on a des formations, des animations pédagogiques, l’inspection académique nous demande aussi parfois de faire un travail de réflexion en équipe. Par exemple en ce moment on doit travailler sur la compréhension en lecture et remettre notre rapport pour avril.

Après cette pause bien remplie, comment se passe l’après midi ?

A 14h05 je récupère ceux qui étaient restés à la cantine et les autres nous rejoignent jusqu’à 14h15. On commence par faire un peu d’administratif : coller les mots dans le carnet de liaison, noter les devoirs pour le lendemain etc … Ensuite on travaille avec les fiches de mathématiques. Le jeudi après midi jusqu’à mi janvier, on va à la piscine, avec des protocoles sanitaires différents à peu près chaque semaine en ce moment !

Vous leur apprenez à nager ?

Non on leur apprend essentiellement à ne pas avoir peur dans l’eau, ce qui n’est pas évident pour tous. On leur apprend à utiliser les échelles, à sauter, à utiliser les toboggans pour entrer dans l’eau. On leur apprend aussi à se déplacer dans l’eau en tenant le mur ou la ligne d’eau, à flotter en tenant une frite en mousse, ou sans rien du tout pour les plus à l’aise. C’est un maître nageur qui assure la séance avec moi et il y a un deuxième maître nageur en surveillance.

Les autres jours de la semaine, on a une séquence qu’on appelle « Questionner le monde », qui deviendra plus tard histoire-géographie et sciences naturelles. Ça peut être le temps qui passe, les jours de la semaine, l’espace et se repérer dans la classe, la vie animale et végétale, la matière etc… Quand c’est possible, on fait des expériences ou des manipulations, par exemple aujourd’hui on a travaillé sur « qu’est ce que l’air? » , « comment faire apparaître de l’air dans l’eau en soufflant avec une paille? ». On va faire de l’informatique aussi et des activités d’écriture sur cahiers.

Mais tout ce qui est travail oral et collectif est plutôt fait en début de journée.

Après une récréation un peu plus courte que le matin, on revient en classe et on continue nos activités jusqu’au moment de la sortie.

Après je reste en classe pour rencontrer des parents qui le souhaitent, faire mes corrections ou les préparations pour la journée du lendemain.

As tu un message à faire passer aux parents ?

Oui, c’est important qu’ils lisent des histoires à leurs enfants pour que ceux-ci continuent à trouver du plaisir dans les livres, que ça ne devienne pas quelque chose qui est réservé au travail et au temps de classe, même si c’est juste pour regarder les images si les parents maîtrisent mal l’écrit en français. Pareil pour les devoirs : ce serait bien que chaque soir les parents prennent un moment pour s’asseoir à côté de l’enfant et vérifier que ce qui est demandé pour le lendemain soit bien fait. Montrer de l’intérêt pour ce qui se passe pendant la classe c’est essentiel pour l’enfant, c’est ce qui va le motiver à progresser. En CP les devoirs c’est 15 minutes pas plus ! Il ne faut pas trop en faire non plus. Le reste du temps doit être consacré aux jeux aux activités de plein air, à la cuisine ou au bricolage qui sont autant de moyens pour l’enfant de se développer et d’échanger avec les autres membres de la famille.

Vous avez un gros projet ou une thématique principale cette année ?

Oui on va beaucoup travailler sur l’écologie. Les CM2 sont venus nous faire une présentation sur le tri sélectif en lien avec le projet éco-école. Il nous ont amené différentes poubelles et expliqué comment s’en servir. On choisit les albums des temps de lecture sur des thématiques liées à la biodiversité : en ce moment c’est le désert en début d’année c’était la forêt, on va essayer de faire du land art, on va également travailler sur des chants et des cultures des différents pays, en lien avec les différentes nationalités des élèves de la classe. On va avoir des ateliers écologie, sur l’eau et sur le tri des déchets avec une association qui va intervenir dans l’école.

Comment sont financés ces projets ?

Une partie le sont par l’argent de la coopérative, c’est à dire les 20€, que donnent tous les parents en début d’année. Une autre partie est financée par les actions des parents délégués que ce soit l’argent récolté durant la kermesse, les ventes du marché de Noël etc… La ville de Lyon nous aide aussi notamment pour le financement des transports. En général on réfléchit à nos projets en fin d’année pour l’année suivante et on essaye de récupérer des moyens un peu partout. Ça ne marche pas toujours et c’est parfois assez frustrant d’avoir travaillé à un projet et de ne pouvoir le réaliser faute de moyens.

Merci Audrey, et maintenant : la question surprise …. (tirage au sort) Te rappelles tu d’un maître ou d’une maîtresse qui t’ont marqué lorsque tu étais petite ?

Ah oui ! Ma maîtresse de CP qui nous faisait faire un exercice que j’adorais, c’était entendre les sons dans les mots et après il fallait colorer les dessins. J’aimais beaucoup cet exercice ! C’est à partir de ce moment là que j’ai décidé que je serai enseignante (rires).

Le temps des vaccins – Médiathèque du Bachut

LE TEMPS DES PARENTS : Les vaccins, quelles opportunités pour les enfants ?

Le vaccin est devenu une question centrale de la vie des enfants et de leurs parents. Il est parfois difficile de s’informer, de comprendre et de se positionner sur un acte médical qui questionne. Les points de vue sont nombreux et les réponses tout autant.

La médiathèque du Bachut vous propose de dialoguer avec un chercheur de l’ENS du groupe « Microbes, Immunité et Vaccination » afin de vous éclairer sur ce sujet.

Samedi 27 février de 10h15 à 11h45 en visioconférence

Inscriptions sur place ou par téléphone

Pour en savoir plus : https://www.bm-lyon.fr/16-bibliotheques-et-un-bibliobus/mediatheque-du-bachut/article/progammation-sante?paramtest&source=&date_id=18697

Une journée avec … Marie Line Beades, directrice de la maternelle et enseignante en Petite Section

Un des objectifs du Lieu Accueil Parents est de renforcer le lien entre les familles et l’école. C’est dans cet esprit que je vous propose de découvrir quelles sont les personnes qui travaillent dans l’école, quel est leur quotidien, quelles sont leurs missions, comment se passent leur journée avec les élèves. Chaque semaine il y aura un nouvel article, qui sera également affiché à l’entrée de l’école dans l’emplacement réservé à l’affichage du LAP.

Cette semaine nous allons partager une journée avec Marie Line Beades

Bonjour Marie Line, peux tu nous décrire tes journées à l’école ?

Les lundis, jeudis et trois vendredis sur quatre, je suis enseignante en petite section. Les mardis et un vendredi sur trois je suis directrice de l’école maternelle.

J’essaie d’arriver à l’école assez tôt entre 7h30 et 7h45 ça me permet de relever le courrier, de consulter les messages laissés sur le répondeur, de lire les mails de l’académie, de la ville de Lyon et je mets à jour mes dossiers en cours. En début d’année il y a tout ce qui est mise en place des plannings d’occupation des salles qui ont été réfléchis avec l’équipe des enseignantes, il y a aussi les plannings des AESH* qui accompagnent les enfants en situation de handicap. Je m’assure également que tout soit fait au niveau sécurité dans le bâtiment et dans la cour de récréation. Je veille à ce que les pièces soient bien aérées, à ce que rien ne traîne dans les couloirs. Il y a aussi les conseils d’école à organiser et quantité d’autres tâches administratives, en fait je suis un relais de transmission d’informations entre mes collègues et le circuit académique ou le circuit ville de Lyon.

J’assure également le lien avec la PMI** pour ce qui est du suivi des enfants de petite et moyenne section, avec le RASED***, avec l’AFEV**** qui nous envoie chaque année un ou une Ambassadrice du Livre, avec le LAP***** bien sûr, qui représente un lien fort entre l’école et les familles, avec Madame Prévost la directrice de l’élémentaire, avec le périscolaire pour les temps de cantine, du goûter et de garderie du soir, avec qui on a de très très bons rapports aussi et c’est très important puisque là on est sur le temps de l’enfant de 7h50 jusqu’au soir 18h30. J’assure également le lien avec les ASEP****** de l’école qui ont un rôle très important mais qu’on voit peu puisqu’elles assurent le ménage dans l’école avant l’arrivée des enfants et puis bien sûr les ATSEM*******, nos binômes qui sont à nos côtés en classe auprès des enfants et leurs responsables de la Ville de Lyon.

Sans compter nos partenaires culturels avec lesquels nous sommes en projets, ou associatifs comme éco-école avec qui nous avons un lien très fort pour sensibiliser les enfants et leurs familles à la biodiversité, le tri des déchets, les transports. Avec les parents élus au Conseil d’école naturellement  sans compter toutes les familles de l’école que je vois régulièrement lorsqu’elles accompagnent leurs enfants !

Alors tout ça c’est ton rôle de directrice, maintenant comment se passe ta journée lorsque tu es dans ta classe ?

Lorsque je suis enseignante, je ne suis plus directrice !

Comme tous les jours j’arrive vers 7h30 et je relève les messages téléphoniques. Ensuite je ferme mon bureau de directrice et je rejoins ma classe complètement disponible et concentrée sur mes élèves et leurs familles.

Le matin en arrivant, les enfants prennent leur étiquette de présence et ensemble on épelle leur prénom, on rappelle aussi leur nom de famille, très important l’appartenance à la famille, c’est ce qui les rend unique ! Pendant que les enfants arrivent petit à petit, il y a plusieurs espaces de jeux libres qui leur sont proposés : les jeux symboliques, comme les jeux de dînette, les jeux de poupée, des jeux de construction, des crayons et des feuilles pour ceux qui veulent dessiner, et des albums qui ont été lus précédemment en classe, donc ils en connaissent déjà le contenu. Pendant ce temps je me mets tout de suite en activité en individuel avec chacun des enfants dès l’accueil, ça se passe comme ça jusqu’à 9h.

En ce moment par exemple on travaille sur les puzzles 6 pièces, donc je les prends par 4 j’observe leurs stratégies, j’aide ceux qui ont besoin d’être aidés, je donne des puzzles 8 pièces à ceux qui n’ont pas de difficultés, je m’adapte à leurs compétences acquises et je suis là pour les accompagner dans l’acquisition de nouvelles compétences. De son côté, Martine mon ATSEM fait un autre atelier avec 2 ou 3 enfants. En ce moment ils travaillent sur les silhouettes, à habiller en collant des petits bouts de tissus. On travaille beaucoup sur les émotions, et le corps comme prévu dans le projet pédagogique. Donc on est dans les activités d’apprentissage jusqu’à 9h25, puis on va en salle de motricité jusqu’à 10h pour une activité de gymnastique avec une programmation qui comprend le travail des équilibres, les roulades, les sauts en contrebas etc … à la fin de cette programmation en février on évaluera les critères de réussite au niveau des petits, moyens et grands. Ensuite on va en salle de musique et de danse : les enfants chantent dansent et écoutent de la musique classique tous les jours.

En ce moment on travaille sur le carnaval des animaux de Camille St Saens, les enfants sont invités à se déplacer comme les animaux : marcher comme la poule, faire le dos rond comme la tortue etc … Puis on retourne en classe, avec bien sûr, passage aux toilettes, lavages de mains, on mets les chaussons, puis c’est la lecture d’albums. En fin de matinée, il y a le temps de la récréation, le temps du repas, et le temps du repos.

L’après midi je les accueille de façon échelonnée au fur et à mesure qu’ils se réveillent de leur sieste et je fais beaucoup de jeux de manipulations et mathématiques. Après le temps de récréation (le lundi on a le droit d’utiliser les roulants, trottinette, tricycle, draisienne) on revoit les chansons, on relit l’album, c’est une imprégnation de l’écrit qu’il soit musical ou de texte.

Quels sont les projets importants de l’année ?

Cette année on va travailler autour de deux actions phares du projet d’école, à savoir les moyens de transports au niveau écologique, et la venue d’une ferme pédagogique avec notre partenaire l’association Tiligolo.

L’année dernière vous aviez mis en place dans l’école un carnet de suivi des apprentissages …

Oui bien sûr et on continue ! En septembre chaque enseignant présente le carnet de suivi des apprentissages aux parents au cours de la réunion de rentrée et leur explique que ça va permettre de mesurer les progrès de l’enfant dans différents domaines sur tout ce qui est attendu de chaque enfant en fin de cycle avant le passage au CP. A chaque fois que l’enfant acquerra une nouvelle compétence, se sera noté dans ce carnet de suivi puis en fin d’année scolaire , on fait un petit bilan. Le carnet sera montré aux parents pour qu’ils puissent constater les progrès de leur enfants et en discuter avec les enseignants. Ce que les parents ne voient pas c’est toute notre démarche pédagogique progressive et individuelle pour que chaque enfant arrive à acquérir cette compétence . Les enfants sont différents. Pour apprendre à faire un puzzle chacun va avoir sa démarche, donc je dois savoir comment ils fonctionnent, être à l’écoute, pour adapter ma pédagogie.

A la fin de la maternelle, le carnet de suivi sera remis aux parents qui pourront le transmettre à l’enseignant de CP.

Est ce que vous avez des retours de la part des parents sur ce carnet des apprentissages?

On n’a pas de retours négatifs, mais ce serait intéressant de savoir comment ils le perçoivent …

Quel a été ton parcours ?

J’ai une licence de linguistique, un diplôme d’infirmière, une formation d’enseignante et de maître formateur. J’ai toujours travaillé en maternelle. C’est ma onzième rentrée dans cette école, j’adore le niveau de petite section, car c’est leur première rentrée dans l’éducation nationale, c’est tout à fait unique ! Et cet accompagnement à devenir élève à se sentir bien dans l’école, à montrer ce qu’il savent faire, à avoir confiance en eux, à faire confiance à une institution, à des adultes qu’ils ne connaissent pas, c’est un bel enjeu à relever. De même pour l’accompagnement des familles ; ces jeunes parents qui vont devoir accompagner leur enfant tout au long de sa scolarité ont parfois un vécu pas forcément serein avec l’école, il va falloir reconstruire avec eux, avec les collègues, la confiance en l’école publique avec ses valeurs de mixité, de proximité, de quartier, pour moi c’est un enjeu fondamental en tant que directrice : une école, un quartier, des familles des enfants qui se côtoient aussi en dehors de l’école, tout cela doit faire une mayonnaise savoureuse !

Merci Marie Line pour tous ces renseignements.

Peux tu tirer au sort une petite question un peu plus personnelle pour finir … « As tu une passion secrète ?« 

La lecture et l’écriture, tous les jours je me réveille à 5h du matin pour écrire, c’est ma passion !

Lexique et abréviations

*AESH Accompagnement des Elèves en situation de Handicap

**PMI Protection Maternelle et Infantile

***RASED Réseau d’aides Spécialisées aux Elèves en Difficulté

****AFEV Association de la Fondation Etudiante pour la Ville

*****LAP Lieu Accueil Parents

******ASEP Agent Spécialisé des Ecoles Primaires

*******ATSEM Agent Territorial Spécialisé des Écoles Maternelles

Une journée avec … Madame Brisotto, enseignante en CM1

Un des objectifs du Lieu Accueil Parents est de renforcer le lien entre les familles et l’école. C’est dans cet esprit que je vous propose de découvrir quelles sont les personnes qui y travaillent, quel est leur quotidien, quelles sont leurs missions, comment se passent leur journée avec les élèves. Chaque semaine il y aura un nouvel article, qui sera également affiché à l’entrée de l’école dans l’emplacement réservé à l’affichage du LAP.

Cette semaine nous allons partager une journée avec Madame Brisotto.

Bonjour, pouvez vous nous décrire une de vos journées d’enseignante en classe de CM1?

J’arrive assez tôt le matin, vers 7h15, ça me laisse le temps d’installer tout ce dont les élèves auront besoin dans la classe. Comme ça j’ai tout sous la main pour être la plus réactive possible et le plus à l’écoute de mes élèves. A 8h20 ils arrivent et ont chaque matin un petit rituel de travail différent qu’ils peuvent commencer tout de suite et en autonomie, pendant que je fais l’appel de la cantine et de la garderie. A 8h45 on se met vraiment au travail collectivement, en général le matin on travaille plus le français et les mathématiques  avec une coupure de 10h à 10h20 pour la récréation. A midi l’animateur qui va s’occuper d’eux durant le temps de cantine vient en classe, fait l’appel et leur donne le programme des activités du jour.

Durant la pause de midi j’avance sur mes corrections à faire et j’en profite pour échanger avec mes collègues, ça nous permet d’aborder des points importants.

Quand les élèves reviennent à 14h05 et jusqu’à 14h30, ils ont un rituel de « Silence, on lit ! ». C’est un temps de lecture individuelle, avec leurs livres ou ceux de la classe. Ils peuvent aussi participer au Défi lecture.

C’est quoi le Défi lecture ?

Je leur propose des livres avec des niveaux de difficultés différents et ils doivent remplir un petit questionnaire à la fin pour voir si ils ont bien compris. A tous ceux qui arrivent à 20 points, j’offre un petit livre. C’est pas noté, mais il y a quand même un petit challenge et le plaisir de choisir un livre à emporter.

Après ce temps de lecture, on travaille un autre domaine comme les sciences, l’histoire ou la géographie, puis c’est à nouveau le temps de récréation de 15h30 à 15h45 qu’on surveille à tour de rôle au moins une fois par jour : on se répartit les différents secteurs de la cour avec mes collègues, pour pouvoir surveiller tous les élèves et vérifier qu’il n’y ait pas d’accident, ou de dispute.

Lorsqu’on revient en classe c’est plus un temps d’échange oral, de débat de type éducation morale et civique. Ça peut être aussi un temps dédié à des productions artistiques.

Vous avez encore du temps pour des productions artistiques en CM1 ?

Oui, même si j’avoue qu’il est souvent « grignoté » parce qu’on n’aura pas eu le temps de finir une leçon précédente. Le programme est assez chargé en CM* parce qu’on a plein de nouvelles notions à aborder et les disparités entre élèves sont souvent importantes. On ne peut pas toujours aller aussi vite qu’on le souhaiterait malheureusement. Il me semble que les élèves ont de plus en plus besoin d’être « assistés » et ont besoin de nous pour valider la compréhension des consignes.

Est ce que vous avez des dispositifs pour aider les élèves en difficulté ?

Il y a le RASED**, mais malheureusement pas suffisamment par rapport aux besoins de la classe. Il y a également des AVS*** qui peuvent aider les élèves notifiés -cad ayant un dossier accepté par la MDPH****- qui en ont besoin sur des temps spécifiques d’apprentissage.

Est ce que ta journée se termine avec le départ des élèves ?

Alors non, parce que je surveille l’étude pour les élèves de CM1CM2. On se retrouve au LAP*****, ils prennent leur goûter, je fais l’appel avec une collègue, puis on sépare le groupe en deux et on vient dans la classe pour faire les devoirs jusqu’à 17h30. Ça peut être, relire une leçon faite en classe, apprendre une poésie ou l’illustrer, apprendre des mots pour une dictée, réexpliquer une notion …

Tout ce qui est préparation de ma classe, je fais ça en majorité le mercredi et une demi-journée le week end. Sans compter tout le temps passé en veille sur internet pour effectuer des recherches sur ce qui pourrait être intéressant pour ma classe. On arrive rarement à déconnecter complètement, on est toujours à l’affût de ce qui pourrait nous être utile même lorsqu’on n’est pas censé travailler.

Hormis les temps de conseil d’école, trois fois par an et conseil de maîtres à peu près une fois par semaine en début d’année, un peu plus espacés ensuite, est ce que vous avez d’autres temps de réunion ?

On se réunit par cycle, les enseignants de CM1 et CM2 pour voir comment chacun fait dans sa classe et si on avance dans la même direction. On a également des temps de réunion avec le RASED**, avec l’enseignante d’UPEAA****** pour parler de nos élèves. On prend le temps d’appeler les orthophonistes des élèves qui ont un suivi, et bien sûr de recevoir les parents qui le souhaitent. Lorsque je pars de l’école il est environ 18h !

Est ce que vous avez un projet phare cette année ?

Oui, cette année c’est « Entrée dans la lumière » , bien sûr c’est un clin d’oeil au fait qu’on soit dans le quartier des frères Lumière. On a en projet d’aller passer deux jours dans l’école Olympe de Gouges pour effectuer des expériences en lien avec la lumière, avec l’association Ebullisciences. Des temps comme ça sont importants car c’est par l’expérimentation et la manipulation que les élèves vont se rendre compte qu’ils peuvent chercher et trouver tout seul, une notion qu’on formalisera ensuite. On essaye de les amener à réfléchir plutôt qu’à apprendre sans vraiment comprendre. On s’est rendu compte que ça fonctionne beaucoup mieux !

On a aussi un autre projet : pour la troisième année consécutive, on a un natif anglais qui vient parler avec nous (en anglais donc) une fois par mois environ, le mardi en visioconférence. On parle sur des thèmes choisis par exemple la ville ou la famille. On prépare donc la séance avec les élèves en classe puis on a un temps de discussion en anglais. Les élèves aiment beaucoup ça et ça aide vraiment dans l’apprentissage de la langue.

Quel a été ton parcours avant d’arriver ici ?

J’ai commencé avec des grandes sections de maternelle puis des CE1 en Seine Saint Denis et j’ai adoré. L’environnement pouvait être parfois impressionnant entre les voitures brûlées et les grands frères dealers, mais je n’ai jamais été inquiétée. C’est là que j’ai dû apprendre à gérer les classes de différents niveaux, ou à travailler avec des familles qui ne parlaient pas français, c’était très formateur. Puis j’ai eu des classes de CE1, CM2 et CM1. Avec le recul je me rends compte que le niveau qui me correspond le plus c’est le CM1.

Qu’attends tu des parents ?

Comme je leur dis à la réunion de rentrée : leur travail c’est de s’assurer tous les soirs qu’il n’y ait pas un mot dans le carnet de liaison, et que les devoirs sont faits, vérifier que l’enfant ait tout son matériel scolaire, s’assurer qu’il ait passé une bonne journée et s’intéresser à son travail. Ça peut être simplement s’asseoir à côté de l’enfant et lui dire : Qu’as tu à faire pour demain ? Montre moi si tu l’as fait…

Merci d’avoir pris le temps de nous expliquer ton travail. Pour finir j’aimerais te poser une question surprise à tirer au sort dans cette petite boîte …

Question : Quel changement imagines tu pour l’école ?

J’aimerais que les parents puissent venir dans la classe. En Seine Saint Denis on était justement dans un dispositif « Plus de maîtres que de classes » qui permettait aux parents de venir et de pouvoir discuter ensuite avec l’enseignant n’ayant pas de classe à sa charge de ce qu’ils avaient vu. C’était très intéressant car ça permettait aux parents de voir vraiment comment ça se passait en classe, de nous questionner sur nos méthodes, nos objectifs, voir comment était leur enfant en situation d’apprentissage. L’intérêt c’est vraiment qu’il y ait un retour, un échange entre les enseignants et les parents autour de l’élève.

Ça permettrait aux parents de se réapproprier l’école et non plus seulement venir, parce qu’il y a un problème à régler. Ce serait un vrai pas vers la co-éducation, chacun dans son rôle évidemment, mais avec les mêmes objectifs de réussite pour les enfants.

Aujourd’hui c’est sûr que c’est plus compliqué à mettre en place !

Lexique et abréviations

*CM Cours Moyen

** RASED Réseau d’Aides Spécialisées aux Élèves en difficultés

***AVS Auxiliaire de Vie Scolaire

**** MDPH Maison Départementale des Personnes Handicapées

*****LAP Lieu Accueil Parents

******UPEA Unité Pédagogique pour Élèves Allophones Arrivants